Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 08:17
Si vous vivez en Chine depuis.. disons plus d’un mois, vous avez déjà observé ce phénomène. Témoin de cette scène surréaliste, votre cerveau a d’abord cru à un disfonctionnement du nerf optique, ou une hallucination temporaire liée à la pollution ou au climat. Mais non ! « Ca » n’était pas un rêve, « ça » existe bel et bien : les crises de couple en public.

 

 

chaojia3.jpg

 

« Ca » commence à chaque fois pareil : d’abord, un regard qui s’assombrit, toujours. Puis, les sourcils et les lèvres tombent tour à tour. Enfin, c’est l’arrêt, net, brutal, sec.

 Lui, maladroit, tente une manœuvre trop éprouvée, tout en étant conscient que ses efforts sont d’avance voués à l’échec. Son unique arme : le temps et la patience… Et tel un jeune matelot affrontant sa première tempête, Lui navigue à tâtons, aveuglé par le vent de la rage et les lames de l’hystérie.


Cependant, certains, plus sanguins et téméraires, n’entrent pas dans le jeu. Je me rappelle de ce Lui à la crinière rouge flamboyante (pas un punk non, un coiffeur. Tous les coiffeurs de Pékin sont à la mode des années 80 !), Lui donc a, dès les premiers soubresauts nerveux de sa promise, prit le taureau par les cornes, en lui faisant une clé de bras pour la mettre au sol. Barbare direz-vous ? Oui, c’est bien mon avis…

 

Mais personne n’est dupe : Elle « boude », sājiāo 撒娇. Comme l’enfant qu’Elle n’est plus. Quel est son désir ? Le but de son stratagème ? Car il s’agit bien là d’une tactique, vue, apprise, et répétée.

Existent bien évidemment des variantes : silencieuse ou insultante, avec ou sans lancer de sac à main, passive tête baissée ou trépignante voix perchée…  

 

Et, pauvre de Lui, ne dispose que d’une bien maigre palette d’outils, qu’il essaie tour à tour, avec plus ou moins de succès. Sa première approche consiste à mimer l’incompréhension : « Mais ? Mon trésor… Que se passe-t-il ? J’ai dit quelque chose ? ».


Puis, désarmé devant l’inefficacité du leurre, Lui tente, en bon naïf qu’il est, ce que j’appelle la « dédramatisation par minimisation », technique également connue sous le nom scientifique de « enfumage par déplacement de l’attention ». Ca donne à peu près : « Oh, chérie ! Mais ce n’est pas ton magasin de fringue préféré sur le trottoir d’en face ? Allez, j’ai été payé hier, allons faire un peu de shopping… ».

Oui, vous aussi riez de sa crédulité. Pauvre Lui ! N’a-t-il toujours pas saisi qu’Elle veut… Mais au fait ?! Que veut-Elle au fond ?? Que ceux qui le savent parlent.

 

 

 

chaojia2.jpg

 


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

politics dissertation 13/01/2010 15:07


Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!
____________________

politics dissertation


Manu 08/01/2010 04:51


Excellent billet et excellentes illustrations aussi, j`ai apprécié.

Que veut la femme ? Et que veut la femme chinoise en particulier ?
C`est une vaste question.


Guillaume 08/01/2010 06:00



Merci Manu


Les illustrations ne sont malheureusement pas de moi, mais de la palette d’un artiste au coup de pinceau mondialement reconnu : Google image…


Par contre, une amie cantonaise prépare actuellement des dessins pour mes prochains articles !


 


Je profite de ton commentaire pour préciser à la gente féminine que cet article n’est motivé par aucune espèce de pulsion misogyne, mais par la curiosité d’une
« particularité culturelle » ;-)